Année internationale des forêts – célébrer "les forêts pour les populations" - United Nations Environment Programme (UNEP)
Programme des Nations Unies pour l'environnement
l'environnement au service du développement Rechercher 
Salle de presse
 
 Accueil
 Contacts Médias
 Communiqués de  presse
 A la une
 Discours
 Photos
 Audiovisuels
 Films et Vidéos
 RSS / Baladodiffusion
 Affiches
 E-Cards

 

 

 Imprimer [English]
 

Année internationale des forêts – célébrer "les forêts pour les populations"

, , , Déclaration de Achim Steiner, Secrétaire général adjoint de l'ONU et Directeur exécutif du PNUE

2011 a été proclamée "Année internationale des forêts "et les célébrations seront officiellement lancées aujourd'hui lors de la 9e session du Forum des Nations Unies sur les forêts, à New York.

Cette année, qui s'inscrit dans le sillage de l'Année internationale de la biodiversité, représente une opportunité pour faire évoluer notre travail sur la gestion durable des forêts à un niveau supérieur.

La gestion des forêts est une problématique essentielle reliée à différentes problématiques telles que les moyens de subsistance des populations, la lutte contre le changement climatique, les Objectifs du Millénaire pour le développement et d'autres défis environnementaux, voire même le développement durable dans son ensemble.

Pour cette raison, la bonne gestion des forêts est un thème récurrent dans le travail du PNUE concernant le rapport pour une Economie verte, un rapport historique qui sera lancé lors du prochain Conseil d'administration/Forum ministériel mondial sur l'environnement (GC / GMEF), alors que nous travaillons au renforcement des trois piliers du développement durable en vue du sommet "Rio +20", au mois de mai prochain.

Les forêts sont un symbole pour beaucoup de gens. Un symbole aux dimensions spirituelles, esthétiques et culturelles qui, à bien des égards, n'a pas de prix. Elles sont également la pierre angulaire de nos économies et leur valeur réelle a été trop souvent été ignorée dans la prise en compte des pertes et profits au niveau national.

Ce décalage important entre perception et réalité a été mis en lumière de manière importante dans le rapport du PNUE intitulé l'Economie des écosystèmes et de la biodiversité (TEEB).

Un des chiffres frappant de ce rapport estime que la déforestation couplée à la dégradation des forêts est susceptible de coûter entre 2,5 et 4,5 de milliards de dollars à l'économie mondiale par an, soit bien plus que les pertes occasionnées par la récente crise financière.

Si l'on ajoute à ce chiffre celui de la perte de services écosystémiques tels que l'approvisionnement en eau filtrée, la stabilisation des sols, la séquestration du carbone ou encore le recyclage des nutriments pour l'agriculture, alors peut-être que l'impératif d'une meilleure gestion des ressources naturelles devient plus évidente.

Enfin, dans certains pays, près de 90 pour cent du PIB des «pauvres» dépend de la nature et plus particulièrement des forêts. Ce dernier fait illustre, une fois encore, l'urgence de la situation que le rapport TEEB a mis en lumière.

Au Kenya, le PNUE a appliqué les méthodes d'analyses utilisées lors de la rédaction du rapport TEEB pour aider le gouvernement et les donateurs à restaurer et à réhabiliter le complexe forestier de Mau.

Ces évaluations indiquent que cette forêt pourrait valoir jusqu'à 1,5 milliard de dollars par an pour l'économie kenyane, notamment via la production d'hydroélectricité, via l'agriculture, via le secteur touristiques, via la production d'eau potable, via l'humidification de terres pour l'industrie du thé, ou encore via la séquestration du carbone qu'elle facilite.

La réhabilitation des écosystèmes forestiers endommagés est d'ailleurs devenue un pilier essentiel du travail du PNUE en Haïti, dans le cadre de la stratégie générale de l'ONU pour réduire la vulnérabilité, éradiquer la pauvreté et assurer un avenir durable pour le peuple haïtien.

L'implication du PNUE dans la gestion des forêts et des écosystèmes forestiers remonte à plusieurs années et a déjà permis la réalisation de quelques 100 projets au cours de la dernière décennie.

Mais ces dernières années, cette participation a acquis une place de plus en plus large et profonde au sein des activités de l'organisation, en partie en raison de l'étude TEEB et en partie en tant que contribution à la lutte contre le changement climatique.

En collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le développement et de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, et dans le cadre du programme REDD +, le PNUE aide une douzaine de pays à réduire leurs émissions de carbone dues au déboisement et à la dégradation des forêts.

Accélérer ce travail pour répondre aux attentes des pays et des entités concernées, telles que le Gouvernement norvégien, sera un élément clé du travail du PNUE en 2011, avant et après la réunion de l'ONU sur le climat en Afrique du Sud.

2011 est une année spéciale à la fois pour la protection des forêts et pour ceux qui l'exploitation durable de celles-ci. Cette année devrait permettre de créer une orientation stratégique innovante.

Les détails complets de cette nouvelle orientation stratégique seront dévoilés au cours des prochains mois, dans le cadre de la Journée mondiale de l'environnement du 5 Juin 2011. L'accent sera mis sur l'économie verte et la gestion durable des forêts.

Cette journée fait partie intégrante du travail de sensibilisation du public entrepris par le PNUE. En effet, la sensibilisation contribue grandement à la réussite d'une année internationale.

En prévision de cet événement, le PNUE lancera un nouvel ouvrage sur les forêts, en collaboration avec des photographes célèbres comme Yann Arthus-Bertrand, un pack spécial pour les médias et un nouveau site Web sur les forêts (à l'adresse www.unep.org/forests).

Le prix Sasakawa, qui sera décerné lors du Conseil d'administration/Forum ministériel mondial sur l'environnement (CA/FMME) à la fin du mois de février, soutiendra également le thème de la forêt et j'encourage ceux qui le souhaitent à se joindre aux célébrations.

J'incite tous les employés, ainsi que leurs familles et leurs amis, à s'impliquer pour promouvoir cette Année internationale des forêts via leur travail ou par l'intermédiaire de leurs communautés, en commençant notamment par placer le logo officiel comme signature d'e-mail ou encore en plantant un arbre à la maison, au travail ou à l'école (par exemple dans le cadre de l'initiatives de la Campagne du PNUE « Un milliard d'arbres » dont les dirigeants sont Wangari Maathai et le prince Albert de Monaco).

Le logo peut être téléchargé sur le site www.unep.org/downloads /AIF/AIF-logo.zip et à www.un.org/en/events/iyof2011. S'impliquer dans la Campagne pour un milliard d'arbres est à portée de clic à l'adresse: www.unep.org/billiontreecampaign

 
Forests are a key sector within UNEP’s Green Economy work