Les Ministres de l'environnement se réunissent cette semaine à Bamako pour consolider la position commune de l'Afrique en prélude à la Conférence de Durban sur le changement climatique wo, sep 14, 2011

Bamako (Mali)/Nairobi (Kenya), 13 septembre 2011- Les principaux négociateurs Africains sur le climat et les experts de haut niveau d'environ 50 pays sont réunis à Bamako au Mali pour préparer les consultations des ministres sur la consolidation de la position commune de négociation de l'Afrique pour un régime global international sur le climat au-delà de 2012.

| English    

, ,

La réunion des experts se concentre sur les questions restées en suspens dans les Accords de Cancun

Bamako (Mali)/Nairobi (Kenya), 13 septembre 2011- Les principaux négociateurs Africains sur le climat et les experts de haut niveau d'environ 50 pays sont réunis à Bamako au Mali pour préparer les consultations des ministres sur la consolidation de la position commune de négociation de l'Afrique pour un régime global international sur le climat au-delà de 2012.

La réunion des experts de la quatrième session de la Conférence ministérielle africaine sur l'environnement (CMAE) sur le changement climatique s'est ouverte aujourd'hui au Centre international des conférences de Bamako.

La conférence rassemble environ 200 délégués représentant les pays, les organisations internationales, les institutions de recherche et les organisations de la société civile.

Dans son allocution à l'ouverture de ces assises, le ministre de l'environnement et de l'assainissement du Mali, en sa qualité de Président de la CMAE, Professeur Tiémoko Sangaré a déclaré : « Il est vital que l'Afrique réalise une croissance économique soutenue et élimine la pauvreté pour se donner les moyens de faire face aux impacts négatifs du changement climatique. Nous devons donc nous assurer que les priorités de l'Afrique sont prises en compte pendant les négociations de Durban. »

Il a exhorté les experts à examiner attentivement les questions non résolues dans les « Accords de Cancun » car ces questions vont déterminer les discussions à la dix-septième conférence des Nations Unies sur le changement climatique du 28 novembre au 9décembre 2011 à Durban.  

La nécessité de stabiliser les températures mondiales moyennes à des niveaux qui garantisse la sécurité des pays en développement, en particulier en Afrique, constitue l'une des questions qui requièrent une attention urgente. Le Rapport du PNUE sur les écarts en matière d'émissions confirme que les promesses d'atténuation actuelles- à moins d'être renforcées- vont mettre le monde sur la voie d'un réchauffement global de 2,5 à 5 degrés Celsius.

En raison de sa situation géographique et de ses caractéristiques physiques, l'Afrique va connaître un réchauffement une fois et demi supérieur au niveau mondial selon le Panel inter gouvernemental sur le changement climatique. Des études plus récentes, basées sur informations historiques, prévoient qu'un réchauffement rien que d'1° C pourrait réduire la production agricole de 20% pour certaines cultures et certaines zones, en plus d'autres effets potentiellement dramatiques pour l'Afrique et son développement.

Parmi les autres questions en suspens figurent celles des perspectives dans le cadre du Protocole de Kyoto, celle de la mobilisation et la garantie des financements nécessaires sur le long terme ainsi que celle de la forme légale que pourrait prendre un nouvel accord sur le climat.

Le Directeur régional du PNUE pour l'Afrique, Mounkaila Goumandakoye a affirmé: "l'Afrique est vulnérable au changement climatique mais n'a pas à en être la victime. Nous ne pouvons ni différer le moment de l'action ni manquer l'occasion d'influencer le futur. Nous attendons de cette session de la CMAE qu'elle développe une stratégie et des messages cohérents en vue de la conférence de Durban, dans le but d'assurer des résultats ambitieux et équilibrés dans le sens des besoins et des intérêts de l'Afrique.

Au cours de leurs travaux, les experts vont également plancher sur les préparatifs de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20) qui se tiendra en juin 2012 à Rio de Janeiro au Brésil en vue de renouveler l'engagement politique au niveau international en faveur du développement durable.

Note aux éditeurs:

La réunion du groupe  d'experts de la 4ème session spéciale de la CMAE sur le changement climatique se déroule du 13 au 14 septembre et va préparer la conférence ministérielle qui sera ouverte par le Premier Ministre du Mali, Madame CISSE Mariam Kaidama Sidibe  le jeudi 15 septembre.

La rencontre des experts était précédée par une réunion des experts de l'environnement et ceux des Affaires étrangères sur la gouvernance internationale de l'environnement dans le cadre international du développement durable. Elle avait pour objectif de discuter des besoins et priorités de l'Afrique appelés à constituer les éléments majeurs d'une position commune africaine pour Rio +20.

La Conférence ministérielle africaine sur l'environnement (CMAE) a été créée en 1985 pour renforcer la coopération sur les questions environnementales entre les gouvernements africains.

Pour plus d'information, veuillez contacter

Secretariat de la CMAE - Email: amcensec@unep.org

 
comments powered by Disqus