L'ONU promeut le rôle de la loi dans la réalisation du développement durable zo, jun 17, 2012

Un important congrès des Nations Unies se met en branle aujourd'hui à Rio de Janeiro, au Brésil.

| English   | 中文  

Chief Justices, Attorneys General, Chief Prosecutors, and Government Ministers from over 60 countries are set to attend the World Congress.

, Rio de Janeiro/Nairobi, le 17 juin 2012 - Un important congrès des Nations Unies se met en branle aujourd'hui à Rio de Janeiro, au Brésil. Le but de ce congrès est d'examiner le rôle positif que peuvent jouer la Justice, le Droit et la gouvernance pour atteindre les objectifs internationaux sur l'environnement.

Organisé en marge de la Conférence Rio +20 par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), le Congrès mondial sur la Justice, la gouvernance et la loi pour la durabilité de l'environnement mettra l'accent sur le renforcement du rôle du Droit dans la réalisation du développement durable et dans latransition vers une économie verte.

La cinquième édition du rapport des Perspectives du PNUE pour l'environnement mondial (GEO-5), publié la semaine dernière, a évalué 90 des plus importants objectifs environnementaux et a constaté que des progrès significatifs avaient été accomplis dans seulement quatre.

Quelques-uns des obstacles juridiques à la réalisation de ces objectifs comprennent la dilution des responsabilités pour l'environnement entre de nombreuses institutions différentes aux niveaux national et international, ce qui conduit à la fragmentation de la gouvernance environnementale.

Le Congrès mondial examinera comment de nouvelles approches juridiques peuvent renforcer l'efficacité des accords multilatéraux sur l'environnement (AME), tels que la Convention sur la diversité biologique, ou la Convention de Bâle sur les déchets dangereux, et, dans l'ensemble, la viabilité de soutien par le renforcement des réponses juridiques aux pressions sur l'environnement.

Le cadre institutionnel pour le développement durable est l'un des deux thèmes principaux de la Conférence Rio +20, l'autre étant l'économie verte dans le contexte de l'éradication de la pauvreté et le développement durable.

Le Congrès mondial se terminera dans la formulation d'un document final, qui sera directement présenté aux gouvernements et à d'autres négociateurs de Rio +20.

Ce message à Rio +20 devrait mettre en évidence les principes de promotion de la Justice, la gouvernance et la loi pour la durabilité environnementale et appeler à un corps plus permanent qui peut poursuivre ses efforts pour soutenir la durabilité de l'environnement par le Droit, la Justice et de la gouvernance sous les auspices du PNUE et de ses organisations partenaires.

Les questions clés à aborder lors de l'événement de quatre jours sont les suivantes : la criminalité transnationale de l'environnement, les zones au-delà de la juridiction nationale, la fragmentation de la gouvernance environnementale actuelle, les liens entre droits de l'homme et de droit de l'environnement, et l'amélioration de la participation du public et l'accès à la Justice.

"GEO-5, le rapport du PNUE, et d'autres études, montrent sans équivoque que les modèles actuels de consommation et de production ne sont plus viables et qu'une action décisive est nécessaire pour éviter de passer de graves seuils environnementaux", a déclaré Achim Steiner, Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Directeur exécutif du PNUE, lors de la cérémonie d'ouverture du Congrès mondial qui s'est tenue à la Cour suprême de Rio de Janeiro.

"Le Congrès mondial, en collaboration avec les négociateurs de Rio +20, peut être un élément clé de cette solution, en renforçant les liens entre la Justice sociale et la durabilité de l'environnement, et en plaidant pour le développement durable qui est fondé sur la Justice et la bonne gouvernance. C'est seulement par le biais d'un cadre renforcé pour le développement durable que les avantages sociaux, environnementaux et économiques d'une économie verte peuvent être réalisés."

Le gouvernement du Brésil, ainsi que des membres de la magistrature du pays et la communauté d'audit, sont l'appui du Congrès mondial.

Les organisations actives dans tout le spectre de l'environnement juridique - du droit de décision pour la mise en ?uvre et l'application - seront également impliquées dans l'événement. Elles comprennent la Banque mondiale, la Banque asiatique de développement, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages (CITES), l'Organisation internationale de police criminelle (Interpol), l'Organisation internationale des institutions supérieures de contrôle (INTOSAI), l'Organisation des États américains (OEA), l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et le Réseau international pour le respect de l'environnement et l'exécution (CEE). .

Du 17 au 20 Juin, les participants aborderont trois principaux domaines:

L'avenir du droit de l'environnement

Le Congrès mondial se concentrera sur le rôle de la législation environnementale dans la promotion des objectifs d'une économie verte. D'autres questions devant être couvertes comprennent la conservation et l'utilisation durable des ressources naturelles dans le patrimoine mondial tels que la haute mer et la lutte contre la criminalité transnationale de l'environnement et autres activités illégales ayant des effets transfrontaliers.

Nouvelles approches de la Justice sociale et de la durabilité environnementale

Le congrès discutera des moyens de renforcer les liens opérationnels entre la Justice sociale, l'équité, l'environnement et le développement dans la poursuite du développement et la mise en ?uvre du Droit international et national de l'environnement. De nouvelles approches pourraient inclurent : des outils plus efficaces pour assurer l'accès à l'information, la participation du public et l'accès à la Justice et les dimensions juridiques de la comptabilité pour le capital naturel dans le contexte d'une économie verte.

Améliorer l'efficacité de la gouvernance environnementale aux niveaux national, régional et mondial

Le Congrès délibéra sur les moyens de surmonter la fragmentation de la gouvernance environnementale. Parmi les mesures qui seront abordées : le rôle des tribunaux et évolution de la jurisprudence de l'environnement, l'exigence des lois efficaces et réalisables, la formation pour un large éventail de juristes, et le renforcement des arrangements au niveau mondial pour s'occuper de la dimension environnementale du développement durable.

Au-delà de Rio +20, l'objectif à long terme du Congrès mondial est de devenir une plate-forme importante dans le renforcement des lois environnementales et des cadres de gouvernance pour la mise en ?uvre future de la législation environnementale et la durabilité et la politique.

Notes aux rédacteurs

Le Congrès mondial sur la Justice, la gouvernance et la loi pour la durabilité de l'environnement s'appuie sur les travaux de la Global Symposium des juges, qui a été organisée par le PNUE lors du Sommet mondial de 2002 sur le développement durable à Johannesburg et a rassemblé des juges de Cour Suprême des quatre coins du monde. Le Congrès permettra de créer une plate-forme encore plus large et plus décisive pour les parties prenantes nationales juridiques et leurs contributions à la durabilité environnementale.

La présidence du Congrès mondial se compose de :

l'hon. M. Carlos Ayres Britto, juge en chef , Cour constitutionnelle du Brésil (STF)

l'hon. YAA Tan Sri Arifin Bin Zakaria, le juge en chef de la Malaisie

l'hon. M. Luis Ricardo Lorenzetti, le juge en chef de l'Argentine

l'hon. Dr. Roberto Monteiro Gurgel Santos, procureur général du Brésil

Justice Antonio Herman Benjamin, le juge de la Haute Cour du Brésil (STJ), est le Secrétaire général du congrès.

Le Congrès mondial est co-organisé par le Magistrados Associação dos do Estado do Rio de Janeiro, le Ministério Público do Estado do Rio de Janeiro, et la Fondation Getulio Vargas

Plus d'informations sur le Congrès mondial sur la justice, la gouvernance et la loi pour la durabilité de l'environnement est disponible à l'adresse: http://www.unep.org/DELC/worldcongress/

Plus d'informations sur la Division du droit et des conventions relatifs à l'environnement est disponible à l'adresse: http://www.unep.org/delc

Les préparatifs pour le Congrès mondial ont commencé par une première réunion préparatoire, tenue l'an dernier à Kuala Lumpur, en Malaisie. Une deuxième réunion préparatoire se tiendra à Buenos Aires, Argentine, du 23 au 24 avril 2012, avant l'événement principal au Brésil en Juin.

Contacts avec les médias :

Nick Nuttall, Directeur par intérim de la Division de la communication et de l'information publique et porte-parole du PNUE, par Tél. : +55 11 6593 8058 ou +254 733 632755, E-mail: nick.nuttall @ unep.org

Bryan Coll, le Bureaux d'actualité du PNUE (Nairobi), par Tél. : +254 207623088, Mobile: +254 731666214, E-mail: unepnewsdesk@unep.org

 
comments powered by Disqus