L'élévation du niveau de la mer dans les nations insulaires, étant 4 fois plus élevée que la moyenne mondiale, entraine des trillions de dollars de pertes économiques et entrave le développement futur do, jun 5, 2014

, , , Bridgetown, 5 juin 2014 Le changement climatique entraine une élévation du niveau de la mer dans 52 petites nations insulaires du monde, qui est estimée être quatre fois plus élevée que la moyenne mondiale et qui continue d'être la plus grande menace à leur environnement et à leur développement socio-économique , avec des pertes annuelles estimées à des trillions de dollars en raison d'une vulnérabilité accrue. Une immédiate transition vers des politiques et des investissements sur l'énergie renouvelable et sur une croissance économique verte est requise pour éviter une aggravation de ces impacts, selon un nouveau rapport du Programme des Nations unies pour l'Environnement.

Dans toutes les régions des petits insulaires en développement, les récifs coralliens, qui ont une capacité d'adaptation, sont sévèrement touchés par la hausse des températures à la surface de la mer. La perte nette globale de la couverture du récif corallien ? environ 34 millions d'hectares sur plus de deux décennies ? coûtera à l'économie internationale un montant estimé à 11, 9 trillions de dollars; les petits états insulaires en développement (PEID) seront les plus touchés.

Dans la Caraïbe insulaire, par exemple, plus de 100 pour cent des récifs coralliens dans certaines zones

ont été touchés par le blanchissement causé par le stress thermique lié au réchauffement global. Il est prévu que les menaces climatiques dans les Caraïbes mettront en danger 90 pour cent des récifs d'ici à 2030 et plus de 100 pour cent d'ici à 2050.

Parmi les vingt nouveaux facteurs ayant un impact sur la résilience environnementale et les perspectives de développement durable des PEID tels que la compression des côtes, la capacité productive des terres, l'invasion d'espèces étrangères et les menaces des substances toxiques et des déchets - le rapport SIDS Foresight (rapport de prospective des PEID) identifie les impacts du changement climatique et l'élévation associée du niveau de la mer comme une source de préoccupation majeure.

« Rio+20 a souligné que les PEID ont des vulnérabilités uniques qui nécessitent une attention particulière au cours du développement de l'agenda du développement durable afin de réaliser les actions requises pour sortir les populations de la pauvreté, créer des emplois verts et fournir de l'énergie durable pour tous», a déclaré le Secrétaire général adjoint des NU et Directeur exécutif du PNUE, M. Achim Steiner.

« Par exemple, ces 52 nations, qui hébergent plus de 62 millions d'habitants, émettent moins d'un pour cent des émissions de gaz à effet de serre, mais souffrent démesurément du changement climatique provoqué par les émissions mondiales. »

« Heureusement, les études démontrent que nous avons les outils ainsi que les capacités nécessaires pour confronter ces revers du développement à l'avenir. C'est à la communauté internationale de soutenir les PIED-à travers les progrès autour d'un accord robuste sur le climat à convenir en 2015, qui viserait à réduire les émissions et minimiserait les menaces sur le changement climatique dans ces nations » a-t-il ajouté.

Le rapport - lancé à Bridgetown lors de la Journée mondiale de l'Environnement ? avertit que l'ampleur et la fréquence des nombreux risques météorologiques et climatiques augmentera à mesure que le réchauffement climatique s'accélère, en particulier dans les petites îles. Cela conduira à des impacts disproportionnés et aggravés qui affecteront plusieurs secteurs tels que le tourisme, l'agriculture, la pêche, l'énergie, l'eau et les infrastructures, à moins que des approches économiques et des options politiques axées sur l'économie verte soient mises en ?uvre.

Cependant, il montre également que les PEID peuvent opérer une transition vers une économie verte inclusive et assurer un avenir prospère durable en tirant profit des opportunités dans des domaines tels que les énergies renouvelables, l'exploration durable de ressources inexploitées, le développement d'une économie verte axée sur l'océan et aussi l'appui au développement d'indicateurs inclusifs allant aux delà du produit intérieur brut telles que les ressources naturelles.

Un deuxième rapport, Barbados Green Economy Scoping Study (étude exploratoire sur l'économie verte à Barbade) ? également lancé par le PNUE lors de la Journée mondiale de l'Environnement ? fournit une feuille de route à l'attention des décideurs politiques et des entrepreneurs pour écologiser les secteurs du tourisme, de l'agriculture, de la pêche, du bâtiment/logement et du transport à la Barbade; ces leçons peuvent également être appliquées dans d'autres PEID.

« La question de l'économie verte est d'une importance particulière à la Barbade en raison de notre engagement national à faire progresser un paradigme de développement inclusif et durable dans le processus de création d'une Barbade qui est socialement équilibrée, économiquement viable et respectueuse de l'environnement», a déclaré M. Stuart Freundel, Premier Ministre de Barbade.

«Les propositions de politique, d'investissement et de recherche contenues dans l'étude exploratoire de l'économie verte seront exploitées » a-t-il ajouté. « Cette exploitation pourra se faire à travers l'intégration des propositions de politique pour une économie verte dans la nouvelle stratégie de croissance et de développement de la Barbade, et la mobilisation d'investissement majeurs qui s'harmonisent avec l'économie verte dans des domaines tels que l'agriculture, le tourisme, la gestion des déchets et l'eau ».

Des impacts du changement climatique disproportionnés

La vulnérabilité des PEID au changement climatique et à l'élévation du niveau de la mer est aggravée en raison de leurs masses terrestres relativement faibles, leur concentration de population ainsi que leur grande dépendance aux écosystèmes côtiers pour la nourriture, la subsistance, la sécurité et la protection contre les évènements extrêmes.

Alors que la moyenne mondiale de l'élévation du niveau de la mer est de 3,2 mètres par an, l'île de Kosrae, dans les États fédérés de Micronésie, enregistre une élévation du niveau de la mer qui augmente à un rythme de 10 mètres par an. Le Pacifique tropical occidental, où sont situées un grand nombre de petites îles, a enregistré une élévation du niveau de la mer de 12 mètres par an entre 1993 et 2009 - soit quatre fois la moyenne mondiale.

Parmi les menaces figurent l'augmentation des inondations, l'érosion côtière, l'acidification des océans, de température terrestres et océaniques plus élevées, et des dommages sur les infrastructures en raison des évènements climatiques extrêmes.

Outre ses effets directs, le changement climatique aura un effet cumulatif sur plusieurs secteurs socioéconomiques dans les PEID.

Par exemple, la pêche joue un rôle important dans l'économie, les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire des PEID, et représente 12 pour cent du produit intérieur brut total (PIB) dans certains pays. Dans les PEID du Pacifique, 90 pour cent des sources de protéines dans la diète des communautés côtière proviennent du poisson.

Le changement climatique devrait pourtant avoir un impact négatif sur la pêche, posant ainsi un défi sur les besoins nutritionnels d'une population en croissance et leurs moyens de subsistance et entravant les efforts pour sortir les populations de la pauvreté.

Le changement climatique aura également un impact sur le tourisme, qui représente plus de 30 pour cent des exportations totales des PEID. Par exemple, une hausse de 50 centimètres du niveau de la mer pourrait causer la perte de 60 pour cent des plages de la Grenade.

Il faut également mentionner le coût financier de l'adaptation au changement climatique : dans un scénario sans changement, le coût en capital de l'élévation du niveau de la mer uniquement dans les pays de la communauté des Caraïbes est estimé atteindre 187 billions de dollars en 2080.

Le rapport appelle la communauté internationale à entreprendre des actions pour réduire les impacts dus au changement climatique, en particulier dans les PEID, et à adopter un accord légalement contraignant comprenant des objectifs clairs et ambitieux pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Selon le rapport, en parallèle au processus global, un ensemble d'actions qui présente des mesures pour l'atténuation, l'adaptation, les technologiques et la coopération ? à mettre en ?uvre le plus rapidement possible - mérite d'être développé

Développer les indicateurs appropriés

Une question transversale identifiée dans le rapport est la nécessité d'élaborer des indicateurs de croissance appropriés prenant en compte le changement climatique, la pauvreté, l'épuisement des ressources naturelles, la santé humaine et la qualité de vie. Selon le rapport, les indicateurs basés sur le PIB ne prennent pas en compte plusieurs de ces caractéristiques des économies faibles et vulnérables, telles que celles des PEID.

De nouveaux indicateurs de croissance existent déjà, y compris l'indicateur global de richesses, mis au point par le PNUE et l'Université des Nations unies - ils ne sont pas encore d'un usage commun, même s'ils montrent clairement que la croissance économique s'accompagne d'un épuisement des ressources naturelles.

Compte tenu de la vulnérabilité particulière des PEID, il est impératif que les indicateurs de développement durable soient appliqués pour suivre de façon précise le développement de ces États. Le rapport invite les PEID à collaborer pour encourager ces efforts qui nécessitent la coopération des universités, des décideurs politiques et d'autres parties prenantes.

Autres défis et opportunités

Le rapport met en lumière toute une série de questions et d'opportunités parmi lesquelles:

  • Exploiter les possibilités de l'énergie renouvelable
  • Les PEID ont d'abondantes sources d'énergie renouvelables provenant de la biomasse, du vent, du soleil, de la mer, de l'océan, de l'hydro énergie et de la géothermie. Le déploiement accéléré de l'énergie renouvelable appuyé par des interventions politiques ainsi que des partenariats publiques-privés appropriés offre l'opportunité d'accélérer l'accès à l'énergie durable et de réduire les prix écrasants de l'énergie.
  • Les PEID adoptent de plus en plus des politiques ainsi que des objectifs relatifs à l'énergie renouvelable, bien que jusqu'à présent seuls 3 pour cent de l'énergie des Caraïbes proviennent des sources renouvelables.
  • Des ressources naturelles inexploitées.
  • De nombreux PEID possèdent des ressources naturelles inexploitées dans les zones terrestres, de même que dans les zones économiques exclusives et la mer profonde. Il s'y trouve, des minéraux, des produits pharmaceutiques potentiels, des hydrocarbures, des sources d'énergie renouvelables et des stocks de poissons.
  • L'exploration de ces nouveaux réservoirs de ressources naturelles présente des opportunités pour répondre à un large éventail d'aspirations économiques et sociales. Certains pays exploitent déjà ces nouveaux domaines, comme la Papouasie-Nouvelle-Guinée, qui a entrepris des activités d'exploration minière des modules polymétallique dans les fonds marins.
  • Les PEID ont la possibilité de créer un précédent relatif à l'exploration durable de ces ressources. Se lancer dans ces nouvelles entreprises s'accompagnera toutefois d'un ensemble de responsabilités. Il est par conséquent nécessaire de mener des évaluations détaillées des ressources scientifiques pour appuyer le développement de lignes directrices et de cadres forts pour la gestion durable.
  • Développer une économie verte basée sur les océans

Pour la plupart des PEID, la transition vers une économie verte implique une prise en compte des océans en raison de leur importance dans le secteur socio-économique de ces pays.

Beaucoup de défis pratiques et politiques sont inhérents à cette transition, et les possibilités et risques doivent être évalués scientifiquement. Ils existent des approches et des solutions qui peuvent être adaptés par les PEID et les gouvernements et qui ont un rôle important à jouer en fournissant les conditions nécessaires à cette transition.

Le rapport de prospective faisait partie d'un processus plus large qui inclut les apports du Département des affaires économiques et sociales (UNDESA). Une session conjointe avec UNDESA a identifié 15 questions socioéconomiques connexes qui devraient être abordées, y compris la diversification des économies des PEID, l'innovation dans l'allégement de la dette et le futur de la sécurité alimentaire.

L'exemple de la Barbade

Alors que le rapport de prospective porte sur tous les PEID, l'étude de l'économie verte porte sur la Barbade - même si les leçons présentées peuvent s'appliquer à beaucoup d'autres pays.

Une synthèse de l'étude, menée en collaboration avec le gouvernement de la Barbade et l'Université des Indes occidentales, Cave Hill Campus, a d'abord été lancée en 2012. Les recommandations de ce rapport ont déjà commencé à être mises en ?uvre par le gouvernement.

Les résultats de ce rapport montrent que l'approche de l'économie verte offre des possibilités pour la gestion du capital naturel, la diversification de l'économie, la création d'emplois verts, l'augmentation de l'efficacité des ressources et l'appui à la réduction de la pauvreté et au développement durable. Il montre qu'il y a un potentiel énorme à la Barbade, par exemple d'ici à 2029 dans le domaine de l'énergie, où des économies de 280 millions de dollars peuvent être réalisées à travers une transition de 29 pour cent vers les énergies renouvelables.

Le rapport a également découvert des opportunités de croissances dans les domaines suivants:

  • Agriculture: Ecologisation d'une industrie de canne à sucre restructurée et adoption et promotion de l'agriculture biologique.
  • La pêche: Une augmentation de l'utilisation des technologies propres ; la conversion de poisson en engrais, compost et granulés pour la nourriture animale ; une meilleure collaboration des juridictions marines transfrontières ; et une utilisation durable des ressources dans la région.
  • Construction: L'amélioration de l'efficacité des ressources, la réduction des déchets et de l'utilisation des substances toxiques, l'amélioration de l'efficacité de l'eau et le développement durable des sites.
  • Transports : La création d'emplois verts, particulièrement dans la fourniture et l'entretien des véhicules éco?énergétiques, le transfert de technologie et la gestion d'un système de transport public intégré.
  • Tourisme: Présenter la Barbade comme une destination verte qui développe le patrimoine et l'agro-tourisme et qui crée des partenariats pour la promotion de la conservation marine.

Notes aux éditeurs

Pour télécharger le rapport de prospective des PEID, veuillez visiter : www.unep.org

Pour télécharger l'étude stratégique sur l'économie verte à la Barbade, veuillez visiter: www.unep.org

A propos du processus prospectif

Le processus prospectif du PNUE 2012 sur les questions environnementales mondiales émergentes identifie principalement des nouveaux enjeux environnementaux et des solutions possibles dans une échelle et une perspective mondiales. En 2013, le PNUE a réalisé un exercice similaire pour identifier les questions environnementales émergentes prioritaires des PEID. Le rapport, réalisé par un panel de 11 experts en PEID, présente le résultat de l'exercice de prospective et représente une des contributions du PNUE à la troisième Conférence internationale des PIED qui se tiendra à Samoa en septembre 2014.

A propos de la Journée mondiale de l'environnement

La Journée mondiale de l'environnement (JME) est le principal moyen par lequel les Nations unies encouragent une prise de conscience et une action d'envergure mondiale pour l'environnement. Au fil des ans, elle s'est développée pour devenir une plateforme globale pour une sensibilisation publique largement célébrée dans plus de 100 pays. Elle représente également la « journée du peuple » pour une action positive sur l'environnement et transforme les actions individuelles en une puissance collective qui génère un impact positif exponentiel sur la planète. La Journée mondiale de l'Environnement 2014 met l'accent sur la menace qui pèse sur les PEID, et se déroulera avec le slogan : Elevez votre voix, pas le niveau de la mer. 2014 est aussi l'année internationale des PEID. Visitez le site web de la JME : www.unep.org/french/wed

Pour plus d'informations, veuillez contactez:

Shereen Zorba: Cheffe de la salle de presse du PNUE: +254 788 526000, unepnewsdesk@unep.org

Michael Logan: Chargé d'Information , UNEP :+254 725 939 620 (mobile), unepnewsdesk@unep.org

,

 
comments powered by Disqus