La journée Mondiale de l'Environnement en Haïti zo, jun 8, 2014

Le Président Haïtien, Michel Joseph Martelly, visite le Parc National Naturel Macaya - une des dernières réserves de foret primaire en Haïti - en présence du Directeur Exécutif du PNUE et Sous Secrétaire Général de l'ONU, Achim Steiner, à l'occasion des célébrations en Haïti de la Journée Mondiale de l'Environnement le 7 juin 2014.

| English    

,

Formond, Haïti, le 7 juin 2014 – Un projet transformateur du PNUE en Haïti – visant à établir des filières économiques durables en agroforesterie et à réduire les menaces qui pèsent sur la dernière réserve de foret primaire d’Haïti, le Parc National Naturel Macaya- sera une priorité additionnelle du PNUE en Haïti, annonça le Directeur Exécutif du PNUE et Sous Secrétaire Général de l’ONU, Achim Steiner lors de sa venue dans le pays sur invitation du Président Michel Joseph Martelly aujourd’hui.

Le Parc National Naturel Macaya est une des dernières réserves de forêt primaire dans le paysage naturel haïtien largement déboisé. Macaya a également une connotation mondiale de par sa haute valeur de biodiversité. Ce site représente un élément naturel important dans l’Initiative Côte Sud, une coalition onusienne ayant pour objectif de supporter le Gouvernement d’Haïti pour le développement durable du Département du Sud d’Haïti.

Lors de cette visite effectuée le samedi 7 juin 2014, le président de la République a profité de l’occasion pour réitérer son engagement à faire de l’environnement un pilier de son programme politique dans une perspective durable de développement socioéconomique dans les départements du Sud et de la Grande Anse.

Monsieur Steiner a déclaré : « Une nouvelle phase de collaboration commence entre le PNUE et les Ministères de l’Environnement et de l’Agriculture, avec l’objectif de réduire les menaces sur les écosystèmes du Département du Sud –incluant l’agriculture inappropriée, les feux de forêts, la production de charbon de bois et l’industrie de planches de bois. Le travail du PNUE est possible grâce au support financier du Gouvernement de la Norvège pour qui j’exprime ma profonde gratitude.»

« Il est crucial de protéger les moyens de subsistance des populations dépendant des ressources de la Forêt Macaya, ainsi que de l’importante biodiversité et des services ecosystemiques qui existent en son sein. Ceci peut seulement être accomplis par la création d’emplois vert et la promotion de pratiques d’agriculture durable » a ajouté le Directeur Exécutif du PNUE.

En particulier, il a ajouté : « Ce projet visera  à premièrement renforcer la gestion du Parc Macaya ; Deuxièmement à établir un réseau d’aires marines et côtières protégées connectées au Parc par des corridors biologiques et ; Enfin à développer des filières économiques agro forestières durables permettant l’essor d’une économie verte pour le Grand Sud d’Haïti.»

Cette démarche vient directement appuyer les Déclarations par le Gouvernement d’un ensemble d’aires protégées en 2013 pour le Grand Sud : le Parc National Macaya et neufs aires marines et côtières, les premières du pays.    

Macaya alimente les 2 principaux systèmes d’irrigation du département du Sud et constitue la source de plusieurs rivières.

« Sur le plan pratique c’est à la fois  le régulateur et le château d’eau de la péninsule du sud d’Haïti. » a expliqué Jean Georges Ernest, Directeur Départemental du Sud du Ministère de l’Environnement, avant de rappeler que les initiatives en cours liées à Macaya vont favoriser une diminution de la vulnérabilité des résidents des zones tampons du parc.

Les actions à Macaya, se proposent ainsi d’améliorer les conditions de vie des populations autour du Parc et d’assurer la protection des ressources naturelles du Parc Macaya et de garantir sa régénération.

« Il est donc fondamental de promouvoir le développement économique  pour casser la dépendance néfaste de la population vis-à-vis des ressources du Parc, tout en renforçant  la surveillance pour éviter que ces ressources alimentent la demande en charbon de bois et en bois des grandes villes a indiqué Paul Denis Caton, responsable de l’Unité de Gestion du Parc Macaya.

Par ailleurs, plusieurs activités ont été organisées durant toute la semaine par le Ministère de l’Environnement dans différentes villes pour marquer la Journée Mondiale de l’Environnement (JME). Dans la ville côtière de Port Salut par exemple, le Ministère de l’Environnement et la Mairie avec le soutien du PNUE ont organisé des activités de sensibilisation et un concours de dessins sur le rôle des écosystèmes marins et côtiers pour le bien-être humain et la protection contre les catastrophes naturelles.

Fin

Contact Presse

Peleg Charles, Officier Communication pour la Coalition des Nations Unies dans le Sud –Initiative Côte Sud, +509 4891-6327

Note aux éditeurs

Le Parc National Naturel Macaya constitue l’une des dernières réserves de biodiversité du pays et la dernière forêt primaire d’Haïti. Sa biodiversité a une connotation mondiale, principalement en raison de la présence d'espèces endémiques amphibiens. Il a été démontré que la densité des espèces d'amphibiens endémiques par unité de surface est le plus grand dans le monde.

 

 
comments powered by Disqus